lag RU RO FR EN
 
 
 
 
page d'accueil | menu: les unités de mesure

 

Règles d’écriture

Règles d’écriture des noms et symboles d’unités et expression des valeurs des grandeurs.

Les principes généraux concernant l’écriture des symboles des unités et des nombres furent d’abord proposés par la 9e CGPM (1948, Résolution 7). Ils furent ensuite adoptés et mis en forme par l’ISO; la CEI et par d’autres organisations internationales.

Il en résulte maintenant un consensus général sur la manière dont les symboles et noms d’unités, y compris les symboles et noms de préfixes, ainsi que les symboles et les valeurs des grandeurs, doivent être exprimés. Le respect de ces règles et des conventions de style, dont les plus importantes sont présentées dans ce chapitre, aide à la lisibilité des articles scientifiques et techniques.

1. Symboles des unités

Les symboles des unités sont imprimés en caractères romains (droits), quelle que soit la police employée dans le texte où ils figurent. En général les symboles des unites sont écrits en minuscules, mais, si le nom de l’unité dérive d’un nom propre, la première lettre du symbole est majuscule.

Exemples:

m, metre;

s, seconde;

Pa, pascal;

Ω, ohm.

Le symbole du litre constitue une exception à cette règle. La 16e Conférence générale (1979, Résolution 6) a approuvé l’utilisation de la lettre L en majuscule ou l en minuscule comme symbole du litre, afin d’éviter la confusion entre le chiffre 1 (un) et la lettre l.

Exemples:

L ou l, litre;

Si l’on utilise un préfixe de multiple ou sous-multiple, celui-ci fait partie de l’unité et il précède le symbole de l’unité, sans espace entre le symbole du préfixe et le symbole de l’unité. Un préfixe n’est jamais utilisé seul et l’on n’utilise jamais de préfixes composés.

Exemples:

nm, mais pas mμm.

Les symboles d’unités sont des entités mathématiques et pas des abréviations. Ils ne doivent donc pas être suivis d’un point, sauf s’ils se trouvent placés à la fin d’une phrase. Ils restent invariables au pluriel et il ne faut pas mélanger des symboles avec des noms d’unités dans une même expression, puisque les noms ne sont pas des entités mathématiques.

Exemples:

Cela fait 75 cm de long, mais pas 75 cm. de long ;

l = 75 cm, mais pas 75 cms ;

coulomb par kilogramme, mais pas coulomb par kg.

Les règles classiques de multiplication ou de division algébriques s’appliquent pour former les produits et quotients de symboles d’unités. La multiplication doit être indiquée par un espace ou un point à mi-hauteur centré (·), pour éviter que certains préfixes soient interprétés à tort comme un symbole d’unité. La division est indiquée par une ligne horizontale, par une barre oblique (/) ou par des exposants négatifs.

Lorsque l’on combine plusieurs symboles d’unités, il faut prendre soin d’éviter toute ambiguïté, par exemple en utilisant des crochets ou des parenthèses, ou des exposants négatifs. Il ne faut pas utiliser plus d’une barre oblique dans une expression donnée s’il n’y a pas de parenthèses pour lever toute ambiguïté.

Il n’est pas autorisé d’utiliser des abréviations pour les symboles et noms d’unités, comme sec (pour s ou seconde), mm car. (pour mm2 ou millimètre carré), cc (pour cm3 ou centimètre cube), ou mps (pour m/s ou mètre par seconde). L’utilisation correcte des symboles des unités SI, et des unités en général, dont il a été fait mention dans les chapitres précédents de cette brochure, est obligatoire. C’est ainsi que l’on évite les ambiguïtés et les erreurs de compréhension concernant les valeurs des grandeurs.

Exemples:

N m ou N · m, pour newton mètre;

m/s ou IMG(m/s) ou m s–1, pour mètre par seconde;

ms, milliseconde;

m s, mètre seconde;

m kg/(s3 A), ou m kg s–3 A–1 mais pas m kg/s3/A ni m kg/s3 A.

2. Noms des unités

Les noms des unités sont imprimés en caractères romains (droits), et sont considérés comme des noms ordinaires. En français, et en anglais, les noms d’unités commencent par une minuscule (même si le symbole de l’unité commence par une majuscule), sauf s’ils se trouvent placés au début d’une phrase ou dans un titre en majuscules. Selon cette règle, l’écriture correcte du nom de l’unité dont le symbole est °C est «degré Celsius» (l’unité degré commence par la lettre d en minuscule et le qualificatif «Celsius» commence par la lettre C en majuscule, parce que c’est un nom propre).

Exemples:

nom d’unitésymbole
jouleJ
hertzHz
mètrem
secondes
ampèreA
wattW

 

Bien que les valeurs des grandeurs soient généralement exprimées au moyen de nombres et de symboles d’unités, si pour une raison quelconque le nom de l’unité est mieux approprié que son symbole, il convient d’écrire en toutes lettres le nom de l’unité.

Exemples:

2,6 m/s, ou 2,6 mètres par seconde.

Lorsque le nom de l’unité est accolé au nom d’un préfixe d’un multiple ou sousmultiple, il n’y a pas d’espace ni de tiret entre le nom du préfixe et celui de l’unité. L’ensemble formé du nom de préfixe et de celui de l’unité constitue un seul mot.

Exemples:

milligramme, mais pas milli-gramme;

kilopascal mais pas kilo-pascal.

En français et en anglais, toutefois, lorsque le nom d’une unité dérivée est constitué par multiplication de noms d’unités individuelles, il convient d’utiliser un espace ou un tiret pour séparer chaque nom d’unité.

Exemples:

pascal seconde, ou pascal-seconde.

En français et en anglais, les puissances telles que «carré» ou «cube» utilisées dans les noms d’unités sont placées après le nom de l’unité. En anglais, pour les unités de superficie ou de volume on peut toutefois utiliser les termes «square» ou «cubic», avant le nom de l’unité.

Exemples:

mètre par seconde carrée;

centimètre carré;

millimètre cube;

ampère par mètre carré;

kilogramme par mètre cube.

3. Règles et conventions stylistiques servant à exprimer les valeurs des grandeurs

3.1. Valeur et valeur numérique d’une grandeur; utilisation du calcul formel.

La valeur d’une grandeur s’exprime comme le produit d’un nombre par une unité; le nombre qui multiplie l’unité est la valeur numérique de la grandeur exprimée au moyen de cette unité. La valeur numérique d’une grandeur dépend du choix de l’unité. Ainsi, la valeur d’une grandeur particulière est indépendante du choix de l’unité, mais la valeur numérique est différente selon l’unité choisie. Les symboles des grandeurs sont en général formés d’une seule lettre en italique, mais ils peuvent être précisés par des informations complémentaires en indice, exposant ou entre parenthèses. Ainsi C est le symbole recommandé pour la capacité thermique, Cm pour la capacité thermique molaire, Cm, p pour la capacité thermique molaire à pression constante, et Cm,V pour la capacité thermique molaire à volume constant.

Exemples:

La valeur de la vitesse d’une particule v = dx/dt peut être exprimée par les expressions v = 25 m/s = 90 km/h, où 25 est la valeur numérique de la vitesse exprimée dans l’unité mètre par seconde et 90 celle exprimée dans l’unité kilomètre par heure.

Les noms et symboles recommandés pour les grandeurs figurent dans de nombreux ouvrages de référence, comme la norme ISO 31 Grandeurs et unités, le «livre rouge» de l’UIPPA SUNAMCO, Symbols, Units and Nomenclature in Physics, et le «livre vert» de l’UICPA, Quantities, Units and Symbols in Physical Chemistry.

Toutefois, les symboles des grandeurs ne sont que recommandés, alors qu’il est obligatoire d’utiliser les symboles corrects des unités. Dans des circonstances particulières, les auteurs peuvent préférer utiliser le symbole de leur choix pour une grandeur donnée, par exemple pour éviter un conflit résultant de l’utilisation du même symbole pour deux grandeurs différentes. Il faut alors préciser clairement quelle est la signification du symbole. Le nom d’une grandeur, ou le symbole utilize pour l’exprimer, n’oblige en aucun cas à choisir une unité en particulier.

Les symboles des unités sont traités comme des entités mathématiques. Lorsque l’on exprime la valeur d’une grandeur comme le produit d’une valeur numérique par une unité, la valeur numérique et l’unité peuvent être traitées selon les règles ordinaires de l’algèbre. Une telle démarche correspond à l’utilisation du calcul formel. Par exemple l’équation T = 293 K peut aussi s’écrire T/K = 293. Il est souvent commode d’écrire ainsi le quotient d’une grandeur et d’une unité en tête de colonne d’un tableau, afin que les entrées du tableau soient simplement des nombres. Par exemple, un tableau exprimant la pression de vapeur en fonction de la température, et le logarithme naturel de la pression de vapeur en fonction de la température à la puissance moins un, peut prendre la forme suivante:

T/K103 K/Tp/MPaln(p/MPa)
216,554,61790,5180−0,6578
273,153,66103,4853 1,2486
304,193,28747,38151,9990

 

Les axes d’un graphique peuvent aussi etre symbolises de cette maniere, afin que les graduations soient purement numeriques, comme indique sur la figure ci-dessous.

Des formes equivalentes du point de vue algebrique peuvent etre utilisees a la place de 103 K/T, comme kK/T, ou 103 (T/K) -1

.

3.2. Symboles des grandeurs et des unités

De meme que le symbole d’une grandeur n’implique pas un choix particulier d’unite, le symbole de l’unite ne doit pas etre utilise pour fournir des informations specifiques sur la grandeur en question, et il ne doit jamais etre la seule source d’information sur la grandeur. Les unites ne doivent jamais servir a fournir des informations complementaires sur la nature de la grandeur; ce type d’information doit etre attache au symbole de la grandeur et pas a celui de l’unite.

Exemples:

Ainsi: La différence de potential électrique maximale s’exprime sous la forme : Umax = 1000 V mais pas U = 1000 Vmax;

La fraction massique du cuivre de l’échantillon de silicium s’exprime sous la forme : w(Cu) = 1,3 × 10−6 mais pas 1,3 × 10−6 w/w.

3.3. Écriture de la valeur d’une grandeur

La valeur numérique précède toujours l’unité et il y a toujours un espace entre le nombre et l’unité. Ainsi la valeur d’une grandeur étant le produit d’un nombre par une unité, l’espace est considéré comme un signe de multiplication (tout comme l’espace entre les unités). Les seules exceptions à la règle sont les symboles d’unité pour le degré, la minute et la seconde d’angle plan, °, ′, et ″, respectivement, pour lesquels il n’y a pas d’espace entre la valeur numérique et le symbole d’unité.

Exemples:

m = 12,3 g où m est utilize comme symbole de la grandeur masse, mais;

φ = 30° 22′ 8″ où φ est utilisé comme symbole de la grandeur angle plan.

Cette règle signifie que le symbole °C pour le degré Celsius est précédé d’un espace pour exprimer la valeur de la température Celsius t.

Même lorsque la valeur d’une grandeur est utilisée comme adjectif, il convient de laisser un espace entre la valeur numérique et le symbole de l’unité. Ce n’est que lorsque l’on écrit le nom de l’unité en toutes lettres que l’on applique les règles grammaticales ordinaires.

Exemples:

t = 30,2 °C mais pas t = 30,2°C ni t = 30,2° C;

une résistance de 10 kΩ

un film de 35 millimètres de largeur.

Dans une expression, on n’utilise qu’une seule unité. Les valeurs des grandeurs temps et angle plan exprimées au moyen d’unités en dehors du SI font exception à cette règle. Toutefois, en ce qui concerne l’angle plan, il est généralement préférable de diviser le degré de manière décimale. Ainsi l’on écrira 22,20° plutôt que 22° 12′, sauf dans les domaines tels que la navigation, la cartographie, l’astronomie et pour la mesure d’angles très petits.

Exemples:

l = 10,234 m mais pas l = 10 m 23,4 cm

3.4. Écriture des nombres et séparateur décimal

Le symbole utilise pour separer le nombre entier de sa partie decimale est appele séparateur décimal.

D’apres la 22e Conference generale (2003, Resolution 10), «le symbole du separateur decimal pourra etre le point sur la ligne ou la virgule sur la ligne». Le separateur decimal choisi sera celui qui est d’usage courant dans le contexte.

Si le nombre se situe entre +1 et -1, le separateur decimal est toujours precede d’un zero.

Exemples:

−0,234 mais pas −,234

D’apres la 9e Conference generale (1948, Resolution 7) et la 22e Conference generale (2003, Resolution 10), les nombres comportant un grand nombre de chiffres peuvent etre partages en tranches de trois chiffres, separees par un espace, afin de faciliter la lecture. Ces tranches ne sont jamais separees par des points, ni par des virgules.

Cependant, lorsqu’il n’y a que quatre chiffres avant ou apres le separateur decimal, il est d’usage de ne pas isoler un chiffre par un espace. L’habitude de grouper ainsi les chiffres est question de choix personnel; elle n’est pas toujours suivie dans certains domaines spécialisés tels que le dessin industriel, les documents financiers et les scripts qui doivent être lus par ordinateur.

En ce qui concerne les nombres d’un tableau, le format utilisé doit être cohérent dans une même colonne.

Exemples:

43 279,168 29 mais pas 43.279,168.29

3279,1683 ou 3 279,168 3

3.5. Expression de l’incertitude de mesure associée à la valeur d’une grandeur

L’incertitude associee a la valeur estimee d’une grandeur doit etre evaluee et exprimee en accord avec le Guide pour l’expression de l’incertitude de mesure [ISO, 1995]. L’incertitude-type, c’est-a-dire l’ecart-type estime (correspondant a un facteur d’elargissement k = 1), associee a une grandeur x est designee par u(x). Un moyen commode de representer l’incertitude est donne dans l’exemple suivant:
mn = 1,674 927 28 (29) ×10–27 kg
ou mn est le symbole de la grandeur (ici la masse du neutron) et le nombre entre parentheses la valeur numerique de l’incertitude-type composee sur les deux derniers chiffres de la valeur estimee de mn, dans le cas present:
u(mn) = 0,000 000 29 ×10−27 kg.

Si l’on utilise un facteur d’elargissement k different de 1, il faut le preciser.

3.6. Multiplication ou division des symboles des grandeurs, des valeurs des grandeurs et des nombres

Pour multiplier ou diviser les symboles des grandeurs, il est possible d’utiliser n’importe laquelle des écritures suivantes : ab, a b, a · b, a × b, a/b,, a b−1.

Lorsque l’on multiplie la valeur des grandeurs, il convient d’utiliser soit un signe de multiplication, ×, des parenthèses (ou des crochets), mais pas le point à mi-hauteur (centré). Lorsque l’on multiplie des nombres, il convient d’utiliser uniquement le signe de multiplication, ×.

.

Lorsque l’on divise les valeurs des grandeurs au moyen d’une barre oblique, on utilise des parenthèses pour lever toute ambiguïté.

Exemples:

F = ma pour une force égale à la masse multipliée par l’accélération (53 m/s) × 10,2 s ou (53 m/s)(10,2 s)

25 × 60,5 mais pas 25 · 60,5

(20 m)/(5 s) = 4 m/s

(a/b)/c, mais pas a/b/c

3.7. Valeur des grandeurs sans dimension, ou grandeurs de dimension un

Comme nous l’avons vu dans la section 2.2.3, l’unité SI cohérente des grandeurs sans dimension, ou grandeurs de dimension un, est le nombre un, symbole 1. Les valeurs de ces grandeurs sont exprimées simplement par des nombres. Le symbole d’unité 1 ou nom d’unité «un» n’est pas mentionné explicitement, et il n’y a pas de symbole particulier ni de nom spécial pour l’unité un, à quelques exceptions près mentionnées ci-dessous. Pour la grandeur angle plan, l’unité un porte le nom spécial radian, symbole rad, et pour la grandeur angle solide, elle porte le nom spécial stéradian, symbole sr. Pour les logarithmes de rapports de grandeurs, les noms spéciaux néper, symbol Np, bel, symbole B, et décibel, symbole dB, sont utilisés.

Exemples:

xB = 0,0025 = 0,25 %, où xB est le symbole de la grandeur fraction de quantité (fraction molaire) de l’entité B.

Le miroir reflète 95 % des photons incidents.

Parce que les symboles de préfixes SI ne peuvent pas être attachés au symbole 1 ni au nom d’unité «un», les puissances de 10 sont utilisées pour exprimer les valeurs de grandeurs sans dimension articulièrement grandes ou particulièrement petites.

Dans les expressions mathématiques, le symbole % (pourcent), reconnu internationalement, peut être utilisé avec le SI pour représenter le nombre 0,01. Ainsi, il peut être utilisé pour exprimer les valeurs des grandeurs sans dimension. Quand il est utilisé, il convient de mettre un espace entre le nombre et le symbole %. Lorsque l’on exprime les valeurs des grandeurs sans dimension de cette manière, il est preferable d’utiliser le symbole % plutôt que le nom «pourcent».

Dans un texte écrit, le symbole % signifie en général «un pour cent».

Exemples:

φ = 3,6 % mais pas φ = 3,6 % (V/V), où φ est la fraction volumique.

Les expressions telles que «pourcentage de masse», «pourcentage de volume», «pourcentage de quantité de matière», ne doivent pas être utilisées ; les informations sur la grandeur en question doivent être données par le nom et le symbole de la grandeur.

Exemples:

xB = 2,5 × 10−3 = 2,5 mmol/mol

ur(U) = 0,3 μV/V où ur(U) est l’incertitude relative de la tension mesurée U.

Lorsque l’on exprime les valeurs de fractions sans dimension (par exemple fraction massique, fraction volumique, incertitude relative etc.), il est parfois utile d’employer le rapport entre deux unités de même nature.

Le terme «ppm», qui signifie 10−6 en valeur relative, ou 1 × 10−6, ou «partie par million, millionième», est aussi utilisé. Les termes «partie par millyard» [billion (États-Unis)/trillion (Royaume-Uni)], et leurs abréviations respectives «ppb» et «ppt», sont aussi utilisés, mais leur signification varie selon la langue, c’est pourquoi il est préférable d’éviter de les employer. (Bien que dans les pays de langue anglaise le terme «billion» corresponde à 109, et le terme «trillion» à 1012, le terme «billion» peut parfois correspondre à 1012 et «trillion» à 1018. L’abréviation ppt est aussi parfois comprise comme une partie par millier (ou millième), ce qui est source de confusion supplémentaire.)

Il est important de spécifier quelle est la grandeur (sans dimension) dont on donne la valeur, quand on utilise l’un des termes %, ppm etc.